Qu’est-ce qu’un Viking ?

Le Viking est-il ce guerrier sanguinaire dépeint par les ecclésiastiques chrétiens ? La réalité historique est-elle conforme à cette image propagée par la culture moderne ?

La fin d’un mythe

Régis Boyer, grand spécialiste français des langues, littératures et civilisations scandinaves, a longtemps lutté contre le mythe qui représente le Viking comme une brute blonde aux yeux bleus coiffée d’un casque à cornes debout à la proue de son drakkar. Il a écrit de nombreux ouvrages pour rétablir la vérité historique au sujet des Vikings, ou vīkingr en vieux norrois. Il nous apprend que les anciens Scandinaves sont avant tout des commerçants, dont l’unique ambition est d' »acquérir des richesses », afla sér fjár.

En latin, le terme vicus désigne le comptoir (ou port d’escale) dans lequel les navigateurs se rendent pour décharger leurs marchandises, faire du troc ou des achats. Le Viking est un scandinave qui va de vicus en vicus, de station commerciale en station commerciale pour se livrer à des activités mercantiles et qui, occasionnellement, quand les conditions sont favorables, se livre à des activités de pillage.

Pourquoi les anciens Scandinaves étaient-il des commerçants ?

Les pays scandinaves (Suède, Danemark, Norvège, Islande et îles Féroés) sont des pays au sol pauvre, où rien ou presque ne pousse, minés par les rigueurs du climat et les difficultés causées par la période d’obscurité, mørketid, qui contraint les provinces proches du cercle polaire arctique à vivre dans l’ombre une partie de l’année.

paysage de brume

La Scandinavie regroupe un ensemble de pays où l’eau occupe une importance primordiale : la mer déchiquette les côtes, les lacs intérieurs sont légion, sans compter les rivières, les ruisseaux et les marécages qui rendent tout déplacement à pied ou en chariot difficile. Ces contraintes poussent les anciens Scandinaves à sortir de chez eux pour faire commerce par voie d’eau : ils mettent au point des bateaux dès le VIème siècle de notre ère afin de se livrer à la seule activité rentable qui leur était accessible.

Les anciens Scandinaves sont donc avant tout des commerçants. Ils ont à cœur d’entretenir de bonnes relations avec leurs fournisseurs et leurs clients pour pouvoir s’enrichir et obtenir les produits nécessaires à leur mode de vie.

Quand sont-ils devenus ces Vikings auxquels on associe une image de pillards sanguinaires, et pourquoi ?

Les anciens Scandinaves sont impliqués dans des relations mercantiles depuis longtemps : pour preuve, on sait qu’ils entretenaient des relations pacifiques avec l’Empire romain. Mais vers la fin du VIIIème siècle, les incursions commerciales se font belliqueuses. Ce phénomène, connu sous le nom de mouvement viking, s’étend approximativement entre 800 et 1050.

carte expansion territoires vikings

Pendant longtemps, les historiens, influencés par la lecture d’Adam de Brême, chroniqueur et géographe germanique du XIème siècle, ont cru que la surpopulation de la Scandinavie et la famine qui en résultait étaient à l’origine du phénomène viking. Les Vikings, trop nombreux, mouraient de faim en leurs territoires, c’est pourquoi ils se jetèrent à corps perdu dans le pillage… Il faut oublier ce fantasme.

L’idée selon laquelle la politique agressive de Charlemagne envers les Danois ainsi que la christianisation forcée du Nord ont décidé les Vikings à se retourner contre leurs partenaires commerciaux est tout aussi fantaisiste. En attaquant les monastères et les églises, les Vikings ne se vengent pas des Chrétiens : ils savent tout simplement que les établissements religieux ne sont pas fortifiés et regorgent de richesses !

Plusieurs pistes plus probables peuvent expliquer le phénomène viking :

  • La technique navale : depuis le temps que les anciens Scandinaves naviguent le long des côtes européennes pour faire commerce, ils ont mis au point les extraordinaires capacités de leurs bateaux et sont devenus des experts en navigation.
  • La connaissance du terrain : la pratique du commerce leur permet de connaître où se trouvent les richesses et quand faut-il s’en emparer. Villes ouvertes, édifices religieux aux riches reliques, dates des foires et des fêtes locales ou nationales… Les Scandinaves savent tout de leurs clients.
  • L’émergence du phénomène arabe : l’histoire de l’Occident a été rythmée pendant des millénaires par les échanges mercantiles, surtout en Méditerranée. De nombreuses nations de marins-commerçants (Égyptiens, Grecs, Romains, Assyriens, Hittites, Sumériens, etc.) ont sillonné les mers et rendu possible l’hégémonie économique et culturelle de civilisations florissantes. Mais au VIIIème siècle les Arabes, devenus maîtres de la Méditerranée, ralentissent le commerce maritime. L’Occident latin se retrouve isolé. Les relations commerciales entre l’est et l’ouest se trouvent empêchées : la voie entre la Baltique, la mer du Nord et la Manche prend le relais. Les anciens Scandinaves, grands navigateurs, profitent de ce nouvel intérêt pour les voies maritimes qu’ils ont l’habitude de sillonner et se retrouvent au cœur des échanges commerciaux européens.
  • La dégradation de l’Empire carolingien : au VIIIème siècle, le royaume des Francs est trop grand et trop difficile à défendre. Les fils de Charlemagne se disputent le pouvoir et ne prennent pas la peine de diriger leurs États avec rigueur et efficacité. Les commerçants scandinaves, grands pragmatiques, se font alors pillards quand l’occasion se présente.

Navigateurs et commerçants, les anciens Scandinaves deviennent Vikings quand ils se font prédateurs et brigands, à la faveur des éléments précédemment exposés.

Chronologie du mouvement viking :

frise chronologique mouvement viking

Qu’est-ce qui a causé leur disparition ?

Le mouvement viking, survenu au VIIIème siècle, touche à son terme aux alentours de 1050. Les causes de ce déclin sont complexes et nombreuses :

  • Les Scandinaves ne sont pas assez nombreux pour prétendre dominer l’Europe. Leurs violentes incursions bénéficient de l’effet de surprise pendant près de 250 ans, mais leurs victimes, en plus d’être des puissances démographiques, apprennent à se défendre.
  • Les progrès du christianisme en Europe entraînent la disparition progressive de l’esclavage, « marchandise » reine du commerce viking.
  • La disparition de l’esclavage ne permet plus aux hommes libres de partir en expédition. En effet ces derniers ne peuvent plus déléguer les activités essentielles à la vie de leurs propriétés rurales. Les Scandinaves se voient obligés de rester à demeure pour faire vivre leurs maisons. Ils entreprennent alors de défricher et d’aménager leur territoire.
  • Les Frisons, peuple germanique, mettent au point de gros navires à fond plat, les cogues, qui détrônent les bateaux scandinaves, trop légers pour porter de lourdes charges.
  • Influencés par leurs contacts avec les monarchies européennes, les Vikings adoptent peu à peu un pouvoir fort et vertical, hiérarchisé et centralisé, soucieux de s’établir durablement. Les rois mettent en place des taxes qui découragent les navigateurs-pillards à partir en campagne : le jeu n’en vaut plus la chandelle !
  • Les Vikings installés dans les colonies, comme en Normandie, partagent les coutumes, les langues et les intérêts de leurs anciennes victimes : ils s’intègrent et cessent d’être considérés comme des étrangers.

Une multitude de raisons internes et externes, sociales, économiques et politiques expliquent la fin du phénomène viking et la mutation du mode de vie des anciens Scandinaves.

Malgré leur disparition, les Vikings ont laissé une marque indélébile sur l’histoire européenne, qui explique la persistance de l’image d’Épinal du pillard sanguinaire. En effet, c’est sous la pression des saccages des prédateurs venus du Nord que la France, la Grande-Bretagne, l’Empire ottonien, la Russie et l’Irlande sont devenus des États forts et organisés.

Sources bibliographiques :