Comment les Vikings se nourrissaient-ils ?

Les Vikings consommaient-ils les produits de leurs cultures agricoles ? Que faisaient-ils pousser ? Que chassaient-ils, que pêchaient-ils ? Pourquoi se réunissaient-ils lors des banquets ? Vous trouverez ici les renseignements de base sur les habitudes alimentaires des Vikings.

Agriculture et élevage

Les sagas islandaises retranscrivent les tracas liés à l’exploitation agricole : le soin des champs et de leurs récoltes occupent une place essentielle dans la vie de l’homme libre, le bóndi.

L’orge et le seigle sont les céréales les plus cultivés en Scandinavie durant l’époque médiévale, comme en témoignent les faux et des faucilles en fer retrouvés par les archéologues qui attestent de ces cultures dès l’âge de fer romain.

La technique de l’essartage, défrichement d’un terrain boisé en vue de sa mise en culture, se développe à partir de 500 environ en Scandinavie continentale (Norvège, Suède, Finlande) : l’orge disparaît au profit du seigle.

La charrue, propulsée par les Danois en contact avec le continent, révolutionne les techniques agricoles. Le Nord entreprend de gagner des terres cultivables par l’exploitation de leurs marais.

photographie charrue viking

L’élevage s’organise autour des bovins, des ovins et des porcs. L’élevage est étroitement lié à l’agriculture : les Scandinaves harmonisent la production de grain en relation étroite avec l’élevage des bovins qui fournissent à leur tour fumier et force de traction. C’est ce qu’on appelle la fenaison.

Alimentation

Les carcasses d’animaux, les traces de plantes et de pollens ont permis aux chercheurs de comprendre comment les Vikings se nourrissent. Ces derniers consomment de la viande de bœuf, de porc et de mouton. Les animaux sont tués à l’automne : ainsi, on évite d’avoir à les nourrir durant l’hiver. Les volailles sont épargnées pour produire des œufs. Les Vikings consomment également le lait de leurs chèvres.

En raison de la proximité de la mer et des rivières, on pêche beaucoup : saumons et requins sont conservés sous le fumier avec de l’aneth, le dill. Les viandes de gibier sont également consommées.

Baies de toutes sortes, oignons, ail, noix et noisettes figurent au menu. Les céréales, surtout l’orge qui sert à brasser la bière et le seigle qui sert à confectionner le pain, sont très prisées. L’avoine, destinée au bétail, sert aussi à cuisiner du gruau.

La nourriture est préparée dans des récipients de métal ou de poterie. Dans les maisons on trouve des fosses à feu remplie de pierres chauffées sur lesquelles on pose la viande enveloppée dans des feuilles et qu’on recouvre de tourbe : ainsi réalise-t-on un rôti.

Pêche

Les eaux scandinaves sont riches en poissons et les habitants du Nord ont très vite fait commerce du produit de leur pêche. Colins, harengs, saumons sont vendus dans toute l’Europe, frais, salés ou séchés. Les Vikings pêchent au filet ou à la ligne.

poissons séchés marché bergen

Poissons séchés au marché de Bergen – 2017

Chasse

Les forêts du Nord sont remplies d’animaux que les Vikings chassent pour se nourrir, mais aussi pour le commerce de leurs peaux. Rennes, cervidés et lièvres figurent au menu du gibier, hermines, martres, zibelines et écureuils sont traqués pour leur fourrure.

Les Vikings chassent à l’arc ou avec des épieux de bois. Dans le Nord de la Scandinavie, les chasseurs privilégient la fin de l’hiver pour pouvoir chasser à ski. Des attrapoires sont également installés : des tranchées sont creusées pour piéger les cervidés, des pièges de bois sont installés pour leurrer les renards et les loups, des lacet sont posés pour coincer les lièvres.

Phoques et baleines sont très nombreux à l’époque et sont chassés sur la glace, à l’aide de traîneaux ou de barques, lorsque la Baltique est gelée. Les chasseurs attendent que les animaux viennent respirer ou s’aventurent sur la glace pour les moissonner à la lance ou au gourdin.

Durant la période estivale, les phoques sont chassé alors qu’ils s’étendent au soleil sur les rochers. Leur graisse sert d’huile à frire ou encore de goudron pour étanchéifier les bateaux. Leur peau sert à la confection de vêtements imperméables.

Les baleines s’échouent parfois sur les rivages, où se laissent piéger dans l’étroitesse des fjords : les Vikings sont alors ravis, car tout est utilisable chez les cétacés.

baleine piégée fjord

Maintenant que nous avons étudié les produits consommés par les Vikings, examinons un usage social lié à l’alimentation chez les anciens Scandinaves : la pratique du banquet.

Les banquets

Les populations sont très dispersées dans le Nord du fait de leur faible densité. De plus, les hommes libres et leurs suivants sont absents une bonne partie de l’année en raison des expéditions commerciales ou guerrières. A l’occasion des grands événements familiaux (mariages, funérailles, etc.) et des fêtes religieuses il convient donc de se retrouver afin de célébrer ensemble les moments importants de la vie.

La société viking est une ploutocratie dans laquelle riches et puissants se confondent. Le Viking qui souhaite prouver son prestige économique et social doit donc faire l’étalage de ses richesses.

illustration banquet viking

Les banquets organisés à la fin de l’été ont donc pour vocation de récapituler ces deux pôles de la vie sociale : les festivités liées aux grands événements de la vie et les démonstrations de pouvoir. Le fourrage a été ramassé, les bêtes abattues avant l’hiver, la bière brassée : il est temps de recevoir les différents membres du clan. On n’invite pas à la légère : le banquet respecte le jeu des alliances. De la même manière, les participants sont placés à la table en fonction de leurs affinités. En fonction de l’événement fêté, les banquets durent plusieurs jours. Quand il s’achève, chacun repart chez soi avec un cadeau adapté à son rang social.

Bibliographie :

  • R. BOYER, Les Vikings. Histoire, mythes, dictionnaire, Paris, Robert Laffont (« Bouquins »), 2008.
  • E. ROESDAHL, Viking Age and Danemark, Londres, British Museum, 1982.